linky

Le compteur Linky doit remplacer à moyen terme tous les compteurs électriques. Une controverse agite les médias, alimentée par plusieurs associations de tendance écologie. Qu’en penser ? Ce compteur qui est dit intelligent sera-t-il dangereux pour notre santé ? Sera-t-il un espion de notre sphère privée ? Que coûtera-t-il ?

Autant de questions vivement débattues. Dans cet article, sont présentés les arguments, d’une part d’associations telles que Priaterm, Robin des toits, Next up, …, et d’autre part de UFC-Que choisir et Point de Vue. La position officielle du gouvernement et donc du fournisseur d’énergie peut être consultée sur les sites officiels.

ARGUMENTAIRE DES ASSOCIATIONS

Technologie et risques sanitaires

Les compteurs LINKY intègrent des nouvelles technologies pour collecter et transmettre une multitude d’informations sur notre consommation électrique et donc aussi quelque part sur notre façon de vivre. Ces informations (datas) sont envoyées par CPL -Courant Porteur en Ligne- en signal électrique qui se superpose au courant classique vers un « concentrateur » qui les codera en « ondes radio » (ondes GSM comme le téléphone portable) et les transmet vers un centre de collecte d’informations d’Enedis-ErDF.

Cette technologie génère des ondes et champs électromagnétiques à l’intérieur même des domiciles et dans l’environnement proche (qui n’en manque déjà pas !).

La puissance de ces ondes est « conforme à la réglementation en vigueur » selon le gouvernement, ce qui ne veut pas dire sans risque sanitaire. Ce sont des experts de l’Icnirp, organisme privé mandaté par l’OMS qui évaluent les seuils à ne pas franchir. Le représentant français de l’Icnitp était par ailleurs aussi membre du Conseil Scientifique de Bouygues Telecom ! En plus, ils ne prennent en compte que les effets avérés, par exemple les effets « thermiques », un risque de brûlure.

Mais pour les risques sanitaires à long terme, tout spécialiste sérieux expliquera qu’il faut être très en dessous des 100 micro Teslas. Près des écoles, des épidémiologistes baissent la barre à … 0,4 micro Teslas, car au-dessus une exposition prolongée pourrait provoquer des leucémies.

Les ondes électromagnétiques sont classées par le Centre International de Recherche sur le Cancer dans la catégorie 2B qui comprend aussi le Bisphénol-A,le plomb, le chlordécone, pesticide qui développe le cancer de la prostate.

En 2011, ErDF installait des LINKY avec CPL de type G1. Aujourd’hui c’est du CPL de type G3 sur lequel aucune étude indépendante n’a pu être effectuée. Il faudrait mettre des fils blindés dans toute la maison pour se protéger un minimum des ondes électromagnétiques.

Il y aura 700 000 concentrateurs disséminés sur l’ensemble du territoire, qui émettront des ondes GSM comme autant de portables…Il faudrait au minimum 5 mètres entre le lieu d’habitation et le concentrateur pour minimiser les risque à long terme.

Economie

Linky va nous faire faire des économies d’énergie. Un compteur ça compte, ça n’éteint pas la lumière de ma chambre quand je suis au salon ! Par contre, je pourrai apprendre que le 22 février, j’ai consommé 0,6 kwh entre 17h et 17h30. Mais pour réaliser des économies d’énergie, chacun sait comment s’y prendre.

Le nouveau compteur ne vous coûtera rien. Ce n’est pourtant pas gratuit, car ce nouvel équipement est payé à travers le Turpe qui est payé par chaque foyer et qui représente un quart de la facture d’électricité ( Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité). Le LINKY pourra élargir l’offre tarifaire (plus que les 4 actuels : 3,6,9,12 kwh) en examinant votre profil énergétique. Vous pourrez peut-être l’adapter plus près de votre consommation courante, mais dans ce cas, qui vous garantit que le courant ne sera pas coupé si vous dépassez. Les compteurs actuels tolérent des dépassements ponctuels.

Le déploiement des 35 millions nouveaux compteurs « communicants » créera 10 000 emplois (construction, installation, …). Mais lorsqu’ils auront été installés dans 5-6 ans, combien resteront ? Et puis, il n’y aura plus de relevés à pied chez vous. Donc, combien de pertes d’emplois ? Presqu’autant, sinon plus.. Mais ErDF aura réduit ses coûts : la logique industrielle est toujours la même.

Et pour les familles précaires, les plus démunis, ErDF pourra couper le courant …à distance, à sa guise en cas de non-paiement immédiat !

Le choix de généraliser LINKY date de 2004 à travers la loi POPE (Programmation fixant les Orientations de la Politique Energetique) et l’objectif était purement financier (même si on l’enrobe aujourd’hui de transition énergétique). Thierry Breton était alors ministre des finances.Aujourd’hui, il est président du directoire de la société Atos Origin France qui préside un consortium chargé de concevoir tout le protocole et la phase test pour le déploiement de Linky !

Linky permettra de réduire aussi l’achat d’électricité chez d’autres opérateurs en régulant au plus juste le besoin en énergie. Cela n’a donc rien à voir avec les énergies renouvelables. En mai 2016, le Portugal était alimenté quatre jours de suite par de l’électricité uniquement d’origine renouvelable. Et pourtant, le Portugal n’a aucun compteur « communicant » installé.

Et la destruction des 35 millions de compteurs en état de marche, quel bilan environnemental ? Sans compter les compteurs d’eau (35 millions) et de gaz (11 millions), qui vont suivre…Et le LINKY n’aurait qu’une durée de vie de …20 ans.

Mais quel marché s’il est déployé dans toute la France et, avec cet exemple à l’échelle d’un pays, que la Chine souhaite s’en équiper !

Et puis, la collecte des informations (les « datas ») fera de Enedis-ErDF un grand opérateur du « big data ». On n’en sent que les prémices avec les usages domotiques, les objets connectés, …La nouvelle économie numérique est liée à la collecte massive d’informations. Google, Facebook, Amazon, Apple possèdent à eux quatre, 80 % des données personnelles mondiales. Le marché mondial du big data se chiffre à des milliers de milliards d’Euros. Et ErDF recueille en plus des données des activités privées, intimes…et vous rend dépendant et captif. Apple a bien réussi en vous convaincant de stocker vos photos sur le cloud. Et quand vous changez d’opérateur, que deviennent-elles ?

Démocratie

On va donc nous remplacer d’ici à 5 ans le compteur électrique en parfait état de marche par un nouveau compteur « communicant » sans nous informer et sans nous demander notre avis.

C’est aux maires des communes qui sont propriétaires des compteurs (article L.322-4 du Code de l’Energie) de prendre la décision d’installer ou non ces compteurs sur le territoire de leur commune. 250 communes ont déjà refusé en France et c’est pour cela aussi que le gouvernement réfléchit à pouvoir invalider ces décisions communales. Les maires des petites communes se découvrent chaque jour un peu plus dépossédés, comme les habitant-e-s, de leur pouvoir démocratique.

POSITION DE L' UFC-QUE CHOISIR

Position de l’UFC Que Choisir concernant le compteur Linky

Communiqué du Département des Relations Institutionnelles aux Associations Locales

Alors que des voix s’élèvent pour appeler au refus du compteur Linky, dont le déploiement a débuté depuis décembre 2015, il paraît opportun de rappeler la position de la Fédération sur ce compteur et rétablir certaines vérités.

Pour rappel, depuis 2008, l’association s’est largement engagée dans un combat juridique et législatif pour faire évoluer ce compteur dans l’intérêt des consommateurs. Si nous avons obtenu satisfaction sur certains points (financement, afficheur déporté pour les précaires, etc.), il reste encore beaucoup de points noirs (gestion des données, etc.).

L’association continue d’ailleurs d’œuvrer auprès de l’administration et des parlementaires pour faire évoluer le dispositif dans l’intérêt du consommateur. Vous trouverez ci-joint pour rappel la position fédérale sur le compteur Linky.

Aujourd’hui, des ONG et certaines collectivités poussent les consommateurs à refuser le compteur Linky. ATTENTION, ces appels ne sont pas fondés comme nous l’avons d’ailleurs rappelé sur le site Internet.

Le refus de pose du compteur :

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/actualite-compteur-linky-peut-on-le-refuser

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite- gaz/actualite-compteur-linky-peut-on-le-refuser)

Face aux sollicitations éventuelles de consommateurs, nous vous invitons donc à rappeler le cadre juridique et l’impossibilité de refuser le compteur Linky. C’est de notre responsabilité d’informer le consommateur sur ce cadre juridique et sur les risques encourus en cas de refus (au regard des CGV,il existe un risque pour les consommateurs de voir leur électricité coupée à cause du non-respect du contrat s’ils refusent le compteur).

Sur la question des ondes :

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/actualite-compteurs-linky-dangereux-ou-pas>

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/actualite-compteurs-linky-dangereux-ou-pas)

Il est clair que l’association ne dispose pas des compétences scientifiques pour juger de la nocivité des ondes et donc du compteur Linky (ou plutôt du mode de communication du compteur : le « courant porteur en ligne » CPL). Pour autant, il existe des normes sur les émissions de radiofréquences édictées par des institutions internationales, européennes et françaises afin de limiter l’exposition des populations. ERDF doit nécessairement respecter ces normes et dans ce sens il a proposé récemment de financer des cabinets indépendants pour réaliser des campagnes de mesure dans les habitations pour les collectivités qui le souhaiteraient. Si c’est un premier pas, il est nécessaire que les pouvoirs publics prennent leurs responsabilités, c’est à dire qu’ils organisent le contrôle afin de vérifier que les normes sont respectées.

Sur la question des données :

https://www.cnil.fr/fr/compteurs-communicants-linky-la-position-de-la-cnil-sur-le-stockage-local-de-la-courbe-de-charge-0

https://www.cnil.fr/fr/compteurs-communicants-linky-la-position-de-la-cnil-sur-le-stockage-local-de-la-courbe-de-charge-0

Aujourd’hui il est essentiel de distinguer les données nécessaires à la facturation et les données fines de consommation que le compteur peut mesurer et transmettre :

– Les index mensuels : ils remontent automatiquement (sans autorisation explicite du consommateur) vers le gestionnaire de réseaux ERDF et vers le fournisseur afin de réaliser votre facturation (ces données ne sont pas sensibles car elles ne permettent pas de reconstituer le comportement du consommateur).

– La courbe de charge : les compteurs « Linky » peuvent enregistrer et transmettre la courbe de charge à ERDF (c’est à dire l’évolution de votre consommation dans la journée jusqu’à un pas de temps de 10 min). Selon la CNIL, un consentement explicite du consommateur devra être recueilli pour autoriser la transmission et le stockage de la courbe de charge par ERDF. Par ailleurs, les tiers (fournisseurs ou autres) souhaitant accéder à ces données auprès d’ERDF à des fins commerciales, devront au préalable obtenir une autorisation explicite du consommateur.

Voilà les 3 points que nous souhaitions rappeler au sujet des polémiques actuelles entourant ce compteur. Par ailleurs, le « vrai/faux » sur le Linky publié sur le site Internet quechoisir.org est toujours d’actualité (attention cependant, la Loi sur la transition énergétique a prévu depuis que l’affichage déporté est obligatoire pour les seuls ménages précaires) :

http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite-gaz/communique-compteur-linky-le-vrai-du-faux http://www.quechoisir.org/environnement-energie/energie/electricite- gaz/communique-compteur-linky-le-vrai-du-faux

Le déploiement devrait s’étendre jusqu’en 2021-2022 (il est possible de consulter la carte du déploiement sur le site d’ERDF :

https://espace-client.erdf.fr/linky-consulter-deploiement

https://espace-client.erdf.fr/linky-consulter-deploiement

Nous espérons que ces éléments vous permettront de répondre aux sollicitations des consommateurs mais aussi des média sur les polémiques actuelles. Nous vous invitons pas ailleurs à la plus grande vigilance s’agissant des actions communes proposées par des collectifs ou ONG hostiles au compteur Linky et qui n’hésitent pas à utiliser des arguments fallacieux à son encontre.

LE CERCLE / POINT DE VUE

LE CERCLE/POINT DE VUE – Plusieurs communes françaises refusent l’installation du nouveau boîtier électrique Linky. Un rejet qui pousse aujourd’hui Enedis à entamer des procédures judiciaires contre ces municipalités.

Début octobre, Enedis (ex-ERDF) a engagé une procédure au tribunal administratif de Rennes contre la mairie de Plouguerneau (Finistère). La requête du distributeur des compteurs électriques intelligents Linky vise à annuler la décision prise par le maire de cette commune d’interdire l’installation des boîtiers dans les bâtiments publics ainsi que chez les particuliers qui en auraient fait la demande.

Fin septembre, la mairie de Cast (Finistère) était également attaquée en justice par Enedis pour avoir voté un moratoire sur l’installation des compteurs électriques nouvelle génération.

La pose des compteurs Linky dans les foyers français a démarré fin 2015 et l’initiative est contestée par plusieurs maires qui n’ont pas hésité à délibérer contre l’arrivée des nouveaux boîtiers dans leur commune, une démarche conduite au nom du principe de précaution quant aux risques sanitaires que pourraient représenter Linky pour la population.

Le groupe «Stop Linky Finistère» estime sur son blog que le dispositif d’Enedis va notamment  « émettre des radiofréquences toxiques » pouvant propager des  « ondes électromagnétiques […] classées dans le groupe 2 B « comme possiblement cancérigènes » par l’OMS »

L’installation protégée par une clause

Seulement, les décisions votées par ces municipalités vont à l’encontre de la loi qui prévoit et encadre l’arrivée du « smart meter ». Les compteurs électriques traditionnels sont pour beaucoup obsolètes et ne correspondent plus aux exigences technologiques imposées par l’évolution du modèle énergétique français. Les remplacer désormais par Linky fait figure d’un grand pas en avant – selon le gouvernement – vers une amélioration de la gestion de l’électricité en France.

Tous ceux qui s’opposent au changement de leur compteur s’exposent à des poursuites judiciaires de la part d’Enedis. Mais avant d’en arriver là, une phase de conciliation a lieu. « Si on est confronté à un refus, on prend contact, on discute, on apporte les explications nécessaires, et souvent, les réticences tombent. » explique dans « L’Est républicain » Anne-Marie Goussard, membre de l’équipe d’information d’Enedis sur le compteur Linky.

Dans le cas contraire, quand ce n’est pas Enedis qui attaque, ce sont les institutions administratives qui portent l’affaire devant les tribunaux. La mairie de Montferrand-du-Périgord a récemment fait l’objet de poursuites de la part de la Préfecture de Dordogne pour avoir pris, elle aussi, une délibération interdisant l’installation des boîtiers Linky. Le 14 octobre, le tribunal administratif a suspendu cette délibération et a condamné la commune de 170 habitants à verser 1.200 euros à Enedis.

Mise à jour du 07/12/2017

Enedis, gestionnaire du réseau de distribution d’électricité

http://www.enedis.fr

Ensemble des informations concernant le fonctionnement du compteur Linky

https://selectra.info/energie/guides/compteurs/linky

 

Catégories : Santé

Alain · 3 novembre 2016 à 10 h 05 min

Ahah, la caricature est juste géniale. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

40 + = 48

vel, elit. vulputate, libero id consectetur Donec fringilla ipsum tristique Aenean