Août 14 2017

La forêt indivise des 7 communes

A l’origine, Urmatt et six autres communes (Dinsheim, Still, Heiligenberg, Niederhaslach, Oberhaslach, Lutzelhouse) ainsi que le chapitre de la collégiale St Florent de Haslach, se partagent moitié pour le chapitre et moitié pour les communes une importante forêt de 3 800 hectares. Depuis les prés humides de la Bruche, d’une altitude de 250 m, elle s’étendait jusqu’aux crêtes qui relient le Schneeberg au Donon.

En 1365, l’évêque Jean II de Lichtenberg donne une partie de son territoire aux sept communes et au chapitre afin qu’ils l’exploitent en commun. Pour éviter tout différend, gaspillage et dégradation, un règlement fixe les droits d’usage et de parcours de la forêt. Chaque habitant de la Vallée doit prêter serment dele respecter partout sous peine d’amende. Ce règlement est complété au cours des siècles, en particulier en 1515 et en 1695, et reste en vigueur jusqu’à la division en 1799.

Au fil du temps de nombreux conflits surgissent entre les communautés et les seigneurs-évêques qui feront tout pour réduire la surface du territoire et les différents droits, ce qui se traduira par de nombreuses actions en justice.

En 1542 des bornes délimitent définitivement les différents bois, limites qui ne bougeront plus jusqu’au partage du territoire.

Après de longues négociations, un accord est trouvé en 1782, confirmé par un arrêté du Conseil d’Etat en 1783.  Mais des désaccords apparaissent, avec le mode de partage pour origine. Le partage définitif en parts égales est finalement prononcé en 1833 par ordonnance royale, après un demi-siècle d’actions en justice. Seul le Haselsprung, territoire de 92 hectares reste indivis entre les sept communes.

L’exploitation est dirigée par les Eaux et Forêts de Schirmeck, la caisse tenue par le percepteur de Mutzig, et le syndicat nouvellement créé est présidé par le maire d’Urmatt.

Aujourd’hui, cette forêt indivise au sol pauvre, crête exposée aux intempéries et par ailleurs très difficile d’exploitation, est en partie dédiée à la protection des éco-systèmes. C’est dans le cadre d’un programme européen que plusieurs parcelles ont été déclarées « ilots de sénéscence », dans lesquels la nature fait son œuvre sans aucune intervention humaine, pendant une durée de trente années.

 

D’après l’ouvrage « Urmatt,le village et ses habitants, des origines à 1900 » par Anne Lauer au Cercle d’Etudes Démographiques Historiques et Généalogiques de la Haute Vallée de la Bruche (2011)

Lien Permanent pour cet article : http://www.mairie-urmatt.fr/la-foret-indivise-des-7-communes/

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Enter the text from the image below