Juil 31 2015

Projet immobilier « Ancienne gendarmerie »

170727.Gendarmerie

Lundi 27 juillet, le conseil municipal d’Urmatt s’est réuni pour une séance d’été au parfum de vacances ! Toutefois des sujets importants y ont été abordés, en particulier le devenir du site de l’ancienne gendarmerie.

Cela faisait de nombreux mois que le départ de la brigade de gendarmerie d’Urmatt avait été acté, ses effectifs étant répartis entre les communautés de brigades de Schirmeck et de Molsheim, dans l’attente de la reconstruction de nouveaux bâtiments par la SIBAR, bailleur social du Département et propriétaire du site. Depuis, la direction nationale de la gendarmerie a revu ses projets, avec pour conséquence locale la suppression définitive de la brigade d’Urmatt.

Ce sujet fut évoqué lors d’une visite récente de Frédérique Mozziconacci, conseillère départementale, les élus craignant de se retrouver avec une friche au cœur du village. Le dossier fut donc fermement porté avec l’appui du président Frédéric Bierry, dont la volonté de soutien au développement des territoires ruraux est certaine.

C’est ainsi qu’un projet immobilier vient d’être présenté par la direction de la SIBAR, un ensemble de quatre petits bâtiments de deux appartements, l’un en rez-de-chaussée de plain-pied et l’autre en étage légèrement mansardé. Un effort sera consenti pour les rendre attractifs, les loyers conventionnés, et les charges réduites par l’adoption d’un chauffage aux pellets. Le calendrier de leur réalisation devrait être resserré, avec une déconstruction de l’existant prévue à l’automne prochain.

Lien Permanent pour cet article : http://www.mairie-urmatt.fr/projet-immobilier-ancienne-gendarmerie/

(1 commentaire)

    • Eberhardt on 13 août 2015 at 9 h 52 min
    • Répondre

    Une brigade de gendarmerie n’aurait pas été du luxe à Urmatt, d’ailleurs lorsqu’ils sont partis il était question de reconstruire une nouvelle gendarmerie. Pour les déplacements de nos ministres on ne lésine pas sur la sécurité, mais pour la sécurité de la population il faut faire des économies. La perte engendrée par l’affaire des « mistrals » est sûrement supérieure à ce qu’aurait coûté une brigade à Urmatt.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Enter the text from the image below