Le gouvernement a lancé le 30 janvier une démarche visant à mettre en place une consigne des plastiques. Fausse consigne puisqu’il s’agirait non pas de réemploi mais de recyclage, exactement dans les mêmes conditions qu’actuellement avec la collecte de tri sélectif gérée par les collectivités.

Mauvaise mesure, car en effet ce dispositif :

  • Rendrait complexe le tri avec des bouteilles « consignées » qu’il faudrait mettre de côté et ramener à leur lieu de vente
  • Encouragerait indirectement la consommation des bouteilles en plastique en rendant le consommateur financièrement captif.
  • Ne bénéficierait qu’aux producteurs pour un gain estimé à plusieurs centaines de millions € par an.
  • Ne contribuerait pas à réduire la pollution plastique car les bouteilles sont déjà largement recyclées (2 sur 3)
  • Les consommateurs devraient payer un surcoût de 20 centimes € sur toutes les bouteilles plastique, alors qu’ils s’acquittent de leur redevance d’ordures ménagères (collecte dans le bac jaune)
  • Constituerait une perte de recettes pour les collectivités
  • Amplifierait les fractures territoriales, les dispositifs de consigne étant davantage implantés dans des zones commerciales ou des centres urbains.

D’autres propositions sont présentées au gouvernement permettant de remplir les objectifs de collecte et de recyclage, tout en préservant le service public de gestion des déchets et le geste de tri.

Catégories : Environnement