Le marché du bois était déjà fortement impacté par les crises sanitaires frappant essentiellement le sapin, l’épicéa, le hêtre et le frêne. Il s’est trouvé à l’arrêt du fait de la crise due au virus Covid-19, car les industriels locaux ont vu leurs activités s’arrêter, ce qui représente deux mois de livraison de bois dans les contrats qui n’auront pu être réalisés.

De même, l’interdiction d’accès aux forêts n’a pas autorisé la réalisation de bois de chauffage par les non-professionnels (affouage ou cessions). Toutefois, la reprise de cette activité est déconseillée car certains bois présentent une dangerosité importante : réaction en pleine croissance, arbres secs et scolytés.

En ce qui concerne l’accès « loisirs » aux forêts, il y a lieu de se reporter à la réglementation en vigueur, actuellement évolutive.

Situation sanitaire des forêts

La santé des forêts a été profondément affectée par la sécheresse 2019, et la douceur de l’hiver qui n’a pas arrêté l’épidémie de scolytes dans les épicéas et les sapins. Les températures élevées du mois d’avril ont favorisé les envols massifs de scolytes, attaques qui vont s’intensifier. De plus ces conditions météorologiques favorisent également le développement des chenilles urticantes sur les chênes principalement.

La fragilisation des arbres entraîne un risque accru de chutes de branches sèches. Le public doit être informé et invité à la prudence.

Catégories : Environnement

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

+ 37 = 46

Aller au contenu principal