Edito du 12 avril 2020

Nous sommes bien en avril 2020, même si l’écoulement des jours n’est plus celui qui rythme habituellement le début du printemps. Nous sommes repliés sur nous-mêmes, vivant en vase clos, avec tout ce que cela implique : une (re)découverte de notre couple, de notre famille, de valeurs dont les critères d’importance nous apparaissent modifiés …

Pourtant le printemps est bien arrivé, il fait grand soleil et les fruitiers sont en fleurs. Alors, que s’est-il passé ? Un virus qui n’est pas maîtrisé remet en cause les fondements de notre société, révélant ce que les codes sociaux recouvraient d’un vernis : l’abnégation de certains et l’égoïsme d’autres. Ce qui est surtout confirmé, c’est que nous ne sommes pas égaux devant la pandémie.

A Urmatt, nous avons le privilège de pouvoir vivre un confinement très supportable, et même confortable pour la plupart. Nous avons donc toutes les raisons de bien le respecter. Mais c’est également pourquoi, le lapin de Pâques n’a pas été autorisé à venir, et que l’édition 2020 de Brad’Bruche est annulée.

Je ne reviendrai pas sur l’organisation des élections municipales du 15 mars, cette polémique étant dépassée. Mais aujourd’hui, de nombreuses incertitudes pèsent sur la gestion des communes. Les conseils municipaux sortants sont toujours chargés d’expédier les affaires courantes, et les nouveaux conseillers attendent, parfois en trépignant, de pouvoir accéder aux fonctions pour lesquelles ils ont été élus. Pendant combien de temps encore ? Quant aux communes toujours suspendues entre deux tours …

Il est vrai que cette situation pourrait paraître secondaire, voire futile, face aux ravages de la pandémie. Pourtant, il y aura un après, même s’il est difficile de l’appréhender. Ainsi qu’il a été écrit, notre président entrera-t-il dans l’histoire par la prise de décisions politiques courageuses, ou en sortira-t-il pour la prise des mêmes décisions ?

Quoi qu’il en soit, 2020 sera une année transitoire, avec l’espoir que la transition se fera vers une société plus … au fait, plus quoi ?

Le maire, Alain Grisé

Catégories : Editorial

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

58 − = 49

Aller au contenu principal