(20.02.2019) Cette année 2019, que nous venons de commencer, sera la dernière du mandat en cours, les prochaines élections municipales étant prévues en mars 2020. Un mandat de six ans est à la fois très long et très court à la fois. Long, parce que l’engagement est permanent. Court, parce que au-delà de la gestion du quotidien, la réalisation des projets communaux relèvent d’une horloge du temps qui a son propre rythme.

Le début d’année est également la saison des vœux, tradition à laquelle je souscris bien volontiers.  Achacun d’entre vous, à tous ceux qui vous sont chers, à notre village, je souhaite une belle année paisible, pleine de joie, de bonheur et de santé.

Les cérémonies des vœux sont également l’occasion pour les maires de faire le bilan de l’année précédente, communication présentant l’avantage d’informer les habitants de la commune, tout en mettant en valeur l’activité de la municipalité. Concernant ce chapitre, je préfère évoquer l’ensemble des cinq années passées, le détail des réalisations étant publié régulièrement dans les supports communaux que sont les compte-rendus des délibérations du Conseil Municipal, l’ECHO et le site Internet.

Lire la suite

Pendant ces cinq années, plusieurs millions ont été investis sans qu’il soit fait appel à l’emprunt. Ce mandat est essentiellement celui de la transition, celui qui permet à la commune de réduire sa dette, celui qui s’est consacré aux tâches peu visibles mais nécessaires de mise à niveau et de maintenance des équipements communaux.

Toutefois, ce travail de bon père de famille n’est pas été handicapé par une quelconque myopie. Des jalons sont posés pour les prochaines années. C’est dans cette perspective que des études ont été engagées, relatives à des problématiques essentielles de notre village.

Notre première préoccupation est la ressource en eau potable qui n’est pas sécurisée. Nous avons connu une nouvelle période difficile fin 2018, imposant d’alimenter notre réservoir par camions citerne. Une étude a été menée dans le cadre d’une éventuelle interconnexion avec nos voisins. De plus, la recherche de nouvelles sources n’est pas abandonnée, et l’amélioration du réseau de distribution doit être envisagée.

Le risque des ruissellements et coulées de boues est réel, et a impacté un quartier lors des récents gros orages. Une étude est en cours en vue de diagnostiquer la nature du phénomène et définir les mesures à mettre en place. Des bureaux d’étude spécialisés sont sollicités avec l’appui du SDEA.

Un autre sujet important concerne le cœur de notre village qui doit faire l’objet d’une réflexion en profondeur. Comment doit-il évoluer dans les prochaines années ? Notre société est en mutation, et le mode de vie des familles a changé. Comment rendre notre village attractif pour ses habitants, dans ses diverses composantes, jeunes, actifs et retraités, en tenant compte de ces nouvelles données ? De plus, certains biens immobiliers communaux sont peu ou mal utilisés. C’est pourquoi nous avons fait appel aux spécialistes de l’urbanisme du Département que sont le CAUE et l’ATIP.

Enfin, du côté du hall des sports et de la salle polyvalente, des améliorations importantes sont à envisager. Si l’année 2019 verra bien la réalisation d’une nouvelle cuisine avec mise aux normes du local, il restera à trouver une solution au difficile problème des vestiaires et des douches qui sont très insuffisants, le hall des sports étant victime de son succès en terme de fréquentation.

Notre village devient attractif si l’on s’en réfère aux demandes de permis de construire, qui devraient sans doute atteindre la trentaine de nouveaux foyers d’ici fin 2019 et courant 2020. Les points positifs que les nouveaux arrivants mettent en valeur sont les transports, gare SNCF et voie rapide, les structures pour la jeunesse ainsi que les équipements sportifs. A cela s’ajoute un cadre agréable, une nature préservée, et les services indispensables médicaux et commerciaux.

C’est pourquoi nous nous sommes attachés à améliorer ces équipements, comme la gare dont les travaux doivent démarrer en juillet, le parking du centre et l’aménagement paysager de la place des Fêtes, préludes à l’étude d’urbanisme du centre.

J’évoquais l’évolution de notre société. Alors comment ne pas aborder ce profond mouvement qui s’est fait jour et qui affiche, trop souvent avec violence, la volonté de tout changer dans tous les domaines, expression d’une exaspération devenue explosive. Est-ce que le Grand Débat National changera profondément les choses ? Il semble que notre démocratie représentative soit fatiguée, qu’il est reproché au gouvernement et au parlement d’ignorer les aspirations du peuple, et que notre état est trop centralisé. Les élus en perdent leur représentativité.

Mais renverser la table ne peut résoudre tous les problèmes, même si la pression permet d’obtenir quelques concessions. Le rétablissement de l’ISF ne permettra pas de doubler le SMIC.

Une démocratie participative est réclamée, la plus horizontale possible …. C’est à dire comme une chimère de couleur jaune.

Soyons optimistes, en espérant que, au-delà du désordre, des avancées significatives apporteront plus d’équité dans notre société.

Je terminerai par cette citation de Stéphane Hessel :

« Il ne faudrait pas exaspérer, il faudrait espérer. L’exaspération est un déni de l’espoir. Elle est compréhensible, je dirais presque qu’elle est naturelle, mais pour autant elle n’est pas acceptable. Parce qu’elle ne permet pas d’obtenir les résultats que peut éventuellement produire l’espérance »

Alain Grisé

Catégories : Editorial

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 7 = 2