La future maison Âges et Vie d’Urmatt

Cette année encore, comme chaque année, nous nous souhaitons le meilleur en espérant qu’une partie de ces voeux puissent se réaliser … Restons sur les valeurs sûres que sont la famille et la santé. Pour le reste, le ciel y pourvoira peut-être.

Depuis quelques années notre société connait (ou subit) des évolutions qui peuvent être difficiles à appréhender, ou ressenties comme imposées. La trop fameuse période Covid n’est pas étrangère à nos changements de comportement. Quand je regarde les collines qui nous entourent, je me dis très égoïstement que peut-être elles nous protégent des soubresauts du monde extérieur !

Nos projets avancent, lentement mais sûrement.
Le permis de construire de la crèche est maintenant instruit et validé. Les appels d’offre aux entreprises vont être lancés, et nous pouvons espérer terminer les travaux au cours de l’année prochaine.
Le dossier de la future “maison des Aînés” prend consistance avec le dépôt de sa demande de permis de construire. Il s’agit d’une réalisation novatrice, une offre pour les Aînés qui ont des difficultés à se maintenir dans une maison souvent devenue trop grande et difficile à entretenir, et qui n’envisagent pas d’aller en EHPAD.
La satisfaction de voir enfin ces projets essentiels évoluer est ternie par la difficulté d’obtenir des subventions de l’Etat, dont les règles d’attribution sont opaques. Il semble bien que le “Quoi qu’il en coûte” ait vraiment coûté !
Les collectivités territoriales, essentiellement les communes, n’ont plus d’action sur la fiscalité de leurs habitants. La dernière taxe sur laquelle il est possible d’agir est la taxe foncière. Et si à Urmatt nous avons choisi de ne pas augmenter la part communale, l’Etat de son côté l’a augmentée de plus de 7 % !

Si notre commune n’a pratiquement plus de fiscalité propre, ses compétences la quittent également. C’est ainsi que le transfert de la compétence eau et assainissement vers la Communauté de Communes de la Vallée de la Bruche est en préparation, et devrait être effectif pour le 1er janvier 2025. Les DNA s’en font d’ailleurs largement l’écho dans le numéro du dimanche 4 février.
Bien que cette opération agace l’égo de certains maires, elle nécessitera beaucoup d’efforts afin d’aboutir à une organisation qui soit capable d’assumer ce pour quoi elle existera : un service de distribution de l’eau potable et d’assainissement fiable et de gestion maîtrisée.
Ce que chacun d’entre nous attend.
Le maire, Alain Grisé

 

Catégories : Editorial