Il y a peu de temps, Urmatt recevait les généraux Eric Maury et Jean-Pierre Metz. Le général Maury, patron du « Renseignement » quitte la région pour une mutation à Tours. Les DNA lui consacrent un article éclairant la mission de renseignement dans l’armée de terre, dont voici quelques extraits.

Il y a deux ans, le général Maury prenait la tête du commandement du renseignement, organisme créé dans le cadre de la refonte globale de l’armée de terre et qui s’installait dans la caserne Turenne de Strasbourg.

Muté à Tours, où il sera adjoint au directeur des ressources humaines de l’armée de terre, en charge des écoles et des lycées, il devait mettre en musique ce commandement fédérant toutes les capacités de recherche, un ensemble de quelque 4500 militaires et civils. « L’idée est d’avoir un vrai pilier du renseignement, construit, autonome » comme le sont aujourd’hui la maintenance, la logistique ou encore l’aviation légère de l’armée de terre. Il passe, début août, la main à son adjoint, le général Marc d’Alès de Corbet, qui devra terminer le travail accompli et notamment mener à son terme la création du CRT (le centre de renseignement de l’armée de terre), une nouvelle capacité d’exploitation de ces innombrables informations que civils et militaires étudient pour en faire un renseignement.

Les principales unités de ce commandement sont le 2e régiment de hussards, le 54e régiment de transmissions, le 28e groupe géographique à Haguenau ; le 41e régiment de transmissions à Mutzig ; le 61e régiment d’artillerie à Chaumont ; la 785e compagnie de guerre électronique à Rennes ; le centre d’enseignement et d’études du renseignement de l’armée de terre à Saumur ou encore le centre interarmées des actions sur l’environnement à Lyon.

(D’après DNA – N. Roquejeoffre du 05.07.2018)

Catégories : Les Gens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 1 = 1

eget et, venenatis, ipsum Nullam Praesent commodo facilisis non sed