Pendant une petite semaine, l’équipe de tournage de Cheyenne Fédération a occupé plusieurs lieux stratégiques d’Urmatt. En effet, on remarquait en premier lieu le barnum dressé sur la place des Fêtes, rejoint aux heures de repas par le camion du traiteur chargé d’alimenter les troupes. Et puis il y avait les salles de maquillage et d’habillage pour les figurants et les acteurs, au premier étage de la Mairie. Les services administratifs de la production, quant à eux, avaient élu domicile dans la salle polyvalente du complexe sportif. Enfin, n’oublions pas le principal, dénommé « le décor », l’hôtel de la Poste où étaient tournées les scènes du moment.

Urmatt est, rappelons-le, une paisible bourgade de 1 500 habitants. Lorsque on y voit débarquer une équipe de 50 à 70 personnes survoltées, cela crée une animation inhabituelle … Avec l’aura que l’on prête aux gens du cinéma, avec l’éventualité d’y croiser des gens connus, des acteurs en chair et en os ! Naturellement, le maire a bénéficié de nombreuses réactions. Il y a ceux qui ne peuvent plus dormir à trois heures du matin les fenêtres ouvertes, ceux qui passent leur soirée devant l’hôtel pour découvrir les techniques d’un tournage, ceux qui râlent parce que toutes les places de parking sont occupées, ceux qui … sont contents d’assister à quelque chose de nouveau. Bref, la même proportion habituelle d’opinions diverses.

Lire la suite ...

Mais au fait, de quoi s’agit-il ?

TF1 a décidé de lancer en production une mini-série de six épisodes sur l’emblématique “Affaire Grégory” qui date de 1984, sous le générique « Une affaire française ». Cette première saison est réalisée par Christophe Lamotte, revisitant l’affaire “Grégory” avec une pléiade d’acteurs, dont Michaël Youn, Guillaume de Tonquédec, Dominique Blanc, Gérard Jugnot, ou encore Gilbert Melki. Et si la vallée de la Bruche n’est pas la Vologne, c’est sans doute parce que dans la région originaire du drame, dans les Vosges, il y a maintenant une sorte de rejet, rendant peu favorables les conditions d’un tournage.

La plupart des scènes ont été tournées dans l’hôtel de la Poste, circonstances qui laissaient les amateurs sur leur faim. Mais il y eut enfin un peu d’extérieur le jeudi 30 juillet. Il s’agissait de tourner quelques raccords à une scène précédemment mise en boîte dans une modeste gare du centre Alsace, bien dans son jus des années 1970-1980. Petite complication, cela se passait en février, et il pleuvait. Or à Urmatt, il fait très beau, très chaud, et la rue est bien fleurie. Qu’à cela ne tienne, les régisseurs y pourvoieront ! Exit toutes les jardinières de la rue et des balcons, exit les rutilantes voitures du 21ème siècle, exit le beau temps, il nous faut de la pluie ! C’est ainsi que fut tournée la séquence qui voyait une jeune journaliste et sa valise venir d’une gare dans une rue trempée … Ou plutôt , nous l’avons vue un certain nombre de fois, le réalisateur recherchant la bonne image.

En conclusion, cette nombreuse équipe a su travailler (à ses horaires !) dans un réel respect de l’environnement et de la population locale, allant jusqu’à offrir un bouquet de fleurs aux secrétaires de mairie. Urmatt aura donc le plaisir d’accueillir à nouveau toute l’équipe du tournage pour de nouvelles scènes, fin août.

Catégories : Les Gens

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

− 3 = 6

Aller au contenu principal